Sans Forgetica3 min read

Une police d’écriture favorisant la mémorisation.

Le principe de la documentation c’est de proposer une externalisation de la mémoire sur un support facilement consultable. De la mémoire papier à laquelle on accède par la lecture. On peut difficilement améliorer ce médium déjà extrêmement simple et efficace, si ce n’est en structurant le contenu qu’il communique…

Et bien non, on peut encore aller plus loin (ou du moins trouver des pistes d’amélioration) ! C’est ce que propose les docteures Janneke Blijlevens, Jo Peryman et le typographe Stephen Banham du Royal Melbourne Institute of Technology. En effet, tous trois ont conçu une police d’écriture améliorant la mémorisation des textes écrits avec.

Sans Forgetica

Le principe qui se cache derrière cette mémorisation amplifiée, à la croisée des sciences cognitives, comportementales et du design, est celui de la “désirabilité de la difficulté”.

Les caractères sont rendus volontairement et subtilement plus difficiles afin de ralentir le processus de lecture et d’engager le cerveau dans un effort plus profond. Ceci a pour effet d’encrer plus durablement dans la mémoire les informations qu’il acquiert.

Il faudrait évidemment consulter les études sur ce principe (j’ai contacté l’une des conceptrices pour consulter ses travaux). On imagine que notre cerveau pourrait s’adapter à la lecture de cette police et à la longue avoir de moins en moins de difficultés à la lire. Ce qui pourrait réduire son pouvoir de fixation en mémoire, tout comme surligner tout un texte au stabilo reviendrait au même que ne rien surligner du tout.

sansforgetica.rmit

D’un autre côté, s’imposer une telle contrainte pourrait-elle muscler notre lecture ? Et ainsi, en retournant à des polices plus conventionnelles, notre vitesse de lecture s’en trouverait augmentée ?!

Tous ceci ne sont que des spéculations et je ne suis pas chercheur.

Cela pose tout de même la question suivante : peut-on créer des typographies poursuivant d’autres buts ? Oui et c’est déjà le cas depuis très longtemps ! Au-delà des polices véhiculant des valeurs esthétiques, on utilise par exemple en imprimerie des polices avec empâtement pour adoucir la lecture d’un livre. Il existe aussi des polices d’écritures conçues spécialement pour faciliter la lecture des personnes dyslexiques. Et si vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à les partager en commentaires !

Le sujet est passionnant et je vous recommande la lecture toute aussi passionnante du livre de Stanislas Dehaene : Les Neurones de la Lecture (qui fera l’objet d’un futur article sur le blog).

Bref, vous pouvez vous faire vous-même votre idée sur Sans Forgetica en installant une extension sur votre navigateur Google Chrome, ou Firefox :

1. Installez-là.
2. Rendez-vous sur un site dont vous voulez convertir un texte.
3. Activez l’extension en cliquant sur son icône.
4. Et sélectionnez le texte à convertir.
5… Alors ?

Related Posts

Leave a Reply